1801-1810

 

1804

 

 

 

L’Empire commence le 18 mai 1804, quand le sénatus-consulte proclame Napoléon Bonaparte « Empereur des Français ». Le plébiscite du 6 novembre 1804 confirme cette désignation.

Le Premier Empire s'achève le 6 avril 1814 (abdication de Napoléon à Fontainebleau, après sa déchéance prononcée à Paris le 2 avril par le Sénat, et départ le 20 avril pour l’île d’Elbe). Il est suivi par la Restauration Bourbonienne, interrompue par l'épisode des Cents jours  du 20 mars  au 7 juillet 1815.

 

 

***

 

La lettre qui suit est écrite par Claude Jeandet Maitre cordier à Verdun sur le Doubs à son fils François Philoclès  qui a commencé ses études de médecine à Paris. François Philoclès a alors 16 ans. Claude Jeandet a 50 ans.

 

Verdun le 4  brumaire  an 13

(  26 octobre 1804 )

 

 

J’ai reçu mon fils avec la plus grande satisfaction ta lettre du  vendémiaire  dernier (10 octobre 1804) qui m’annonce que tu jouis d’une bonne santé, tu ne me dis pas si tu es guéri de la maladie dont tu me marquais que tu souffrais beaucoup. Il parait que cela va mieux, je suis bien aise que ton frère et ton cousin Desuelle jouissent aussi d’une parfaite santé. Je suis fort aise que tu suives les conseils  de Mr Simonot, il est bien à même de te faire du bien, il est très savant et en conséquence il faut écouter et faire avec plaisir et beaucoup de reconnaissance tout ce qu’il te commandera. Il m’a promis  qu’il chercherai les moyens de pouvoir t’être utile ainsi j’espère que tu observeras avec la plus grande attention ce qu’il te dira. Tu ne me parles pas de Mr Fresne (?) que j’ai vu à Verdun. Je ne sais si tu l’as vu à son retour. Il m’a promis que tout ce qui serait à son pouvoir pour te rendre service qu’il ferait son possible, que tu pouvais y aller quand cela te fera plaisir et même qu’il parlerai à ton oncle s’il voulait te nourrir tu serais bien plus tranquille . Tu peux encore lui en parler s’il n’a pas encore fait la commission. Tu me marqueras que tu as accepté ! des livres les plus utiles qui ont coûté 23 f10, je t’invite à bien en user c’est pour toi. Si je peut parvenir à te voir un jour un homme instruit, quelle satisfaction pour moi et pour toute la famille et encore plus pour toi puisque c’est pour ton bonheur  mais il faut travailler et ne point avoir de  ?????  au près des gens éclairés; je pense trop bien de ton côté pour que tu en uses autrement. Je te fais passer 24 fr et deux pièces de trente sous que tu trouveras dans ton bas de laine  ce qui fait 27 f dont il y aura 30 sous pour ton frère  ???????

plus une culotte, le gilet demandé, un mouchoir noir neuf, des pièces pour ton habit et du fil de toutes espèces et couleurs  avec ton dictionnaire français, pour à l’égard de botte et redingote tu nauras qu’à parler à ton oncle qui tachètera tout cela et je lui rembourserai  à vue du compte quil menverra. Pour ce qui regarde la panse ta tendre mère tenvoie dans la même caisse où sont enfermés tes effets, adressé à ton oncle François, pour te remettre savoir un pot de confiture, un de beurre et un de fromage fort que la cousine Richard tenvoie; il parait que ton frère lainé se plait bien à larmée après la réponse quil a tenu à son colonel, jen suis fort aise, pourvu  que se soit pour sa satisfaction  et quil soit bien soumis à ses supérieurs et bien faire son service???? pourrai avoir son congé . Dans quelques ?????? toujours de lamitié de son colonel et des supérieurs, comme lon se prépare à faire une grande fête le jour du couronnement, je vous invite tous à bien prendre vos précautions pour quil ne vous arrive aucun malheur . cest ce qui nous met inquiet jusqu’à ce quil soit fait , suivant le bruit qui court il parait quil y aura une populace immense, je vous invite a bien vous amuser sil vous ai possible ; si tu as de vieux effets qui ne te servirons pas tu peu les renvoyer à ta mère; nous nous réunissons pour que tu dises mille choses agréables à ton oncle tante et la cousine que nous embrassons de tout notre cœur, ta mère, tes frères et sœurs  vous embrassent. Mr Chapuis et sa dame te saluent; le fils Dominique est arrivé bien ??? ne sachant où donner de la tête, il ma chargé de te faire ses compliments  ainsi que magnaient et les fils Renaud. la bonjour aux Mr ???? le Crocq se joint à moi sans oublier ton oncle François, la bonjour à tous nos amis les défenseurs de la patrie. Je fini en vous embrassant votre père et ami Jeandet

 

Dis à ton frère d’écrire à Rigaud je pense que cela lui fera plaisir  et tu te joindras aussi. Ton oncle  ??? Desnuelle et tante cousines cousins vous embrassent.

J’oubliai dans ma lettre de te dire que le compère Longin a reçu dix huit livres en deux, lune de dix livres et deux de trois livres sans doute le jus de Bacchus lui a fait oublié car nous nous sommes quittés bien joyeux. vous lui ferez  nos compliments je pense quil sen appellera tu nous écriras après la fête  nous attendons à recevoir une lettre bien satisfaisante.

***

 

 

 

 

1809

 

 

 

 

 

Quand  Anne Chapuis écrit ce courrier en 1809 à sa tante Mademoiselle Bonnet propriétaire à Verdun , elle a 14 ans. Cette demoiselle Bonnet est une soeur de la mère d’Anne.

 

  

Verdun le 31 décembre 1809

 

 

Ma chère tante,

 

Je profite du renouvellement de cette année pour te témoigner ma reconnaissance de toutes les bontés que tu as pour moi.

Sois persuadée de la sincérité de mes sentiments et crois que je suis avec le plus profond respect ta très humble et très obéissante nièce.

 

Anne Chapuis

 

 

***

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 13/11/2015